Carnet de voyage Récits de voyage

L’Échos Frais #4 – Août 2017 : Ascension des volcans et découverte (d’une toute petite partie) de l’Indonésie

Par le 7 septembre 2017

couverture-echo-frais-4

Nous te livrons, dans ce quatrième volet de l’Écho frais, les étapes qui ont composé ce mois d’Août. Encore une fois sous le signe du soleil (mais pas que…), nous avons posé le pied en Indonésie ou plus exactement sur les îles de Java et Bali. Mais avant de te raconter notre aventure indonésienne, place au sensationnel !

Parce que ça devait bien arriver un jour …

Hôpital, allergie et larves … Ça pourrait être un titre de série B, mais non, ce fut, et c’est encore une réalité pour moi. Un an et demi de voyage et aucun problème de santé, même pas une petite tourista. Ça aurait pu continuer comme ça, mais le sort en a décidé autrement.

Quelques explications. Nous avions fini notre voyage en Malaisie sur une petite île du nom de Kapas. Mais si, souviens-toi, je racontais même dans le dernier Écho Frais qu’on avait été un peu déçus parce qu’en fait, la playa, c’est pas trop notre truc. Et ben, je peux te dire qu’avec ce qui m’arrive en ce moment, je ne suis pas prête de me réconcilier avec ce foutu sable qui s’immisce partout, ce soleil de plomb, le bruit des vagues et … Bon ok j’arrête, j’avoue, c’est quand même beau les plages tropicales. Mais quand même, j’ai bien les nerfs.

Donc, à Kapas, je m’étais réveillée un matin avec des petites tâches rougeâtres, violettes, signes de piqures d’insectes. Pour l’instant, rien de bien méchant. Sauf qu’une semaine plus tard, pour notre première soirée en Indonésie, ces petites tâches se sont transformées, en l’espace de quelques minutes, en grosses pustules rouge vif et ô combien démangeantes. Impossible de fermer l’oeil de la nuit. Ce qui allait être mon quotidien pour le mois à venir. Oui, oui, ça fait 1 mois que je me trimballe ça. En plus d’avoir un aspect clairement dégueulasse (on vous épargne les photos), ça me démange à vouloir m’arracher la peau. Je dors environ 2 à 3 heures par nuit en cumulé…. Moi qui ai hérité du sommeil hibernal de mon padre, je te laisse imaginer la tronche que je me paye. Bref, c’est une horreur !

2 jours après l’éruption cutanée, j’ai filé aux urgences, en pleine nuit, j’en pouvais plus. On m’a donc donné un premier traitement contre une allergie qui s’est révélé inefficace. Second hôpital, même diagnostic, nouveau traitement, à nouveau inefficace. À ce stade, ça faisait deux semaines et la douleur était telle qu’on s’est même demandés avec Romain si je n’allais pas rentrer en France… Je suis donc retournée à l’hôpital pour voir un nouveau spécialiste, qui m’a donné un nouveau traitement, plus fort, mais tout aussi inefficace et pour cause : c’est une allergie, oui, mais pas que ! J’ai donc farfouillé sur le net, prête à faire mon propre diagnostic [ je sais momels, je suis pas médecin, je ne recommencerai plus promis ] mais j’ai trouvé ! Et en fait, mon corps est habité ! Par des petites larves sous-cutanées ! Miam, que c’est ragoûtant. Oui, moi aussi j’ai failli lâché ma galette quand je me suis rendue compte que c’était bien ça… Mais au moins, je sais quel traitement prendre maintenant. Sauf que, parce qu’un mois de galère ce n’était pas suffisant, ben il va falloir que j’attende d’arriver en Australie, le médicament n’existant pas en Indonésie. Mouarf.

Enfin en tout cas, deux conseils :

  • Le premier : prends une assurance maladie pour ton voyage, ça peut valoir le coup. C’est cher (environ 500 euros l’année) mais dans mon cas, j’aurais mieux fait de la prendre parce que là, avec toutes mes consultations et tous mes médicaments, j’en suis presque à ce montant ! Tout ça coûte très cher à l’étranger et je ne peux que remercier le CNR (Conseil National de la Resistance) d’avoir mis en place un système de sécurité sociale dès 1943 en France.
  • Le deuxième : si tu comptes te rendre sur des plages en Asie du Sud-Est, méfie-toi ! Surtout si le site est fréquemment visité par les chiens et les chats car les larves proviennent d’un parasites dont ces animaux sont porteurs, la pénétration chez l’Homme étant accidentelle. Tes vacances idylliques pourraient donc se transformer en ton pire cauchemar.

Malgré tout ça, j’essaye quand même de positiver et de garder le moral (je m’épate pas mal d’ailleurs). C’est pas des p****n de larves qui m’empêcheront de profiter des merveilles indonésiennes.

Des couchsurfings riches d’humanité

Nous avons d’abord été accueillis à Jakarta par Jimmy (Jermiaz), jeune prof de maths au sourire ravageur ! Avec lui, n’importe quel moment se transforme en délire et ça fait un bien fou ! Bien que nous n’ayons passé qu’une petite journée dans cette capitale digne des plus grandes villes indiennes, ce fut largement assez pour se faire un nouvel ami. Merci Jimmy pour cet accueil, on t’attend en France de pied ferme.

En plus de sa gentillesse et de son dynamisme, Jimmy a un carnet d’adresse bien rempli. C’est donc serein.e.s que nous sommes arrivé.e.s à Yogyakarta, chez son amie Aline. Nous avons été hébergé.e.s 5 jours chez elle et son adorable maman. En plus de nous faire découvrir les spécialités culinaires toutes plus délicieuses les unes que les autres, elles nous auront permis de pénétrer au coeur de la culture indonésienne et notamment javanaise. De marchés traditionnels en marchés d’artisanat, d’explications de recettes de boissons médicinales en explications de leur mode de vie, nous avons appris des tonnes de choses. Elles m’auront aussi beaucoup aidé, dans les premiers jours de mon invasion larvesque, en m’accompagnant à l’hôpital et en me soutenant psychologiquement. Je ne les remercierai jamais assez pour leur bienveillance et leur amour. Merci, merci, merci !

Ces deux expériences en couchsurfing confirment une fois de plus notre véritable attrait pour ce concept, riche de partage et d’humanité.

couchsurfing-yogyakarata-java-indonesie

À l’assaut des géants

Tu es peut-être au courant, mais l’Indonésie regorge de volcans. C’est simple, y’en a partout ! 147 volcans sont éparpillés sur les 13 000 îles indonésiennes. C’est le pays avec le plus grand nombre et la plus forte densité de volcans actifs au monde. Et ce, pour le plus grand plaisir de Romain, qui s’est lancé à l’assaut de non pas un ou deux mais 5 volcans ! Je devais le suivre pour au moins deux d’entre eux mais hélas (ou pas…) ma fatigue physique et psychologique ne me l’aura pas permise.

C’est à Yogyakarta qu’il a fait sa première ascension, celle du volcan Merapi (Montagne de feu, en javanais). Culminant à 2930 mètres d’altitude, le Merapi est considéré comme le plus actif et le plus dangereux volcan d’Indonésie mais aussi le 6ème au monde, rien que ça.

Puis nous sommes partis ensemble vers l’Est de l’île pour observer le levé de soleil sur les volcans Bromo et Semeru, l’un des plus beaux souvenirs de notre voyage. On a posté une vidéo de ce moment magique sur notre page facebook, si ça t’intéresse.

Mais Romain ne pouvait bien sûr pas se contenter d’observer, il fallait qu’il se mesure au géant. Nous sommes donc partis pour 20 kms de marche à travers une mer de sable afin de rejoindre le pied du Semeru.  Ce volcan, également appelé Maha Meru, est le point culminant de Java, à 3676 mètres d’altitude. Son nom vient du Mont Meru, la montagne mythique de plusieurs religions, axe du monde et séjour des dieux. Ouai, ouai !

 

volcans-semeru-java-indonesie

Romain, immortalisant son ascension, au sommet du Semeru

 

Après ces quelques jours dédiés à la randonnée, nous nous sommes dirigés vers Banyuwangi pour la découverte du Kawah Ijen, l’un des cônes volcaniques du volcan Ijen, rendu célèbre par le non moins célèbre Nicolas Hulot … Pourquoi ? Sans doute as-tu déjà vu des reportages ou des photos des porteurs de souffre. Ces derniers descendent dans le cratère, abritant le lac le plus acide de la planète, pour y extraire le souffre (sans aucunes protections bien sûr) et remontent ces lourds blocs (entre 70 et 80kgs) dans des paniers à même le dos… Bien évidemment, ils sont payés des clopinettes et s’usent la santé à un rythme infernal. Mais ce n’est pas pour ce tourisme voyeuriste que le Ijen nous a séduit, mais surtout pour ses fameuses flammes bleues, provenant d’un gaz qui s’échappe du volcan. Mon allergie larvesque ayant empiré ce jour-là, je ne suis malheureusement pas allée voir ce phénomène mais Romain m’en a rapporté de jolies photos.

volcan-kawah-ijen-java-indonesie

Les fameuses flammes bleues du Kawah Ijen

 

Et enfin, c’est le Mont Agung qui sera le dernier volcan de cette série. Considéré comme une montagne sacrée par les balinais, il est le point culminant de l’île, à 3142 mètres d’altitude. Pour la petite histoire, la légende veut que le volcan Agung soit le trône des dieux. Le mont Agung serait en fait la réplique du Mont Meru qui est l’axe central de l’univers. Il est ainsi devenu « le nombril du monde », ce qui explique pourquoi chaque temple balinais a un autel qui lui est consacré. Les temples sont d’ailleurs positionnés en direction de ce Mont*.

Tu l’auras donc compris, après Java, nous nous sommes rendu.e.s à Bali, l’île voisine, appelée l’île des dieux.

Beauté de l’île des Dieux (Bali)

Il y a tellement à dire sur cette île que je ne sais par où commencer.

Bali est une île tout simplement magnifique. Un condensé de merveilles et d’une richesse culturelle incroyable. Destination phare des touristes et des expatrié.e.s en Indonésie, nous avions quelques à prioris, mais qui se sont vite dissipés. Bali ne devait être qu’une petite transition avant de rejoindre les îles de Lombok et Gilli, mais mon état de santé en aura décidé autrement. Nous y avons donc passé les deux dernières semaines de notre séjour en Indonésie, et bien qu’on nous l’ai fortement déconseillé, nous n’avons pas été déçu.e.s par cette « contrainte ».

Alors oui, Bali est crowded (bondée) mais il suffit d’éviter le Sud de l’île et les endroits hyper touristiques est le tour est joué. Pour profiter au maximum des richesses qu’offre cette île, nous te conseillons de louer un scooter (moins de 3 euros/jour) pour partir à sa découverte, en te perdant sur les petites routes de campagne. Un vrai régal.

Contrairement à ses voisines musulmanes, l’île de Bali est en majorité Hindouiste. Quel plaisir ce fut pour nous de replonger, par certaines odeurs et certains rituels, au coeur de l’Inde. Mais l’hindouisme pratiqué à Bali y est quelque peu différent, intégrant des cultes animistes et bouddhistes ainsi que le culte des ancêtres. Les offrandes, la musique et la danse sont omniprésents dans les cérémonies quotidiennes. Chaque jour, particulièrement le matin, vous verrez les processions des balinaises allant au temple avec leurs offrandes, et c’est beau. Il.elle.s sont tellement pratiquant.e.s que quasiment chaque maison a son propre temple privé. Sa taille dépendra bien sûr des moyens de la famille, mais parfois, il est plus grand que les lieux d’habitations. Tous ces temples à l’architecture chargée mais raffinée, font des villages et des villes, un musée à ciel ouvert, pour le plaisir des yeux.

offrandes-temples-bali-indonesie

Les paniers d’offrandes typiquement balinais

En plus de cet éclat culturel, la nature a une place de choix sur cette île. Considérée comme sacrée, elle est aussi luxuriante et d’une beauté loin d’être dissimulée. Les rizières en terrasses sont particulièrement belles et impressionnantes, certaines étants mêmes classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. Formant un espèce d’amphithéâtre naturel, elles sont également réputées pour le fonctionnement des subak, un système d’irrigation et de gestion de l’eau communautaire typiquement balinais. Mais Bali, c’est aussi ses innombrables cascades perdues au milieu des forêts tropicales, ses lacs et ses cultures de café, de cacao, de vanille et de clous de girofle, qui laissent échapper de délicates effluves.

jatiluwih-rizieres-bali-indonesie

Les rizières de Jatiluwih, classée UNESCO

L’île regorgeant de plantes au multiples vertus, les préparations médicinales et cosmétiques sont monnaies courantes. Passionnée par l’herboristerie et la cosmétologie naturelle, il fallait que je saute sur l’occasion. J’ai donc participé à un cours de quelques heures pour apprendre à faire des produits simples, bons pour le corps et la santé et 100% naturels, à base d’aloe vera, de feuilles d’hibiscus, de fleurs de frangipanier, de curcuma, de gingembre, de riz et j’en passe  ! Le pied total. Je t’en dirai plus dans un prochain article.

Un autre petit plaisir qu’on s’est offerts avec Romain : deux plongées sous-marines, dont l’une pour découvrir l’épave de l’USS Liberty à 24 mètres de profondeur. Ça faisait un bout de temps que l’envie de replonger nous titillait. Alors quand on a su qu’il y avait à Bali l’une des plus belles épaves au monde, ben plouf quoi ! Long de 120 mètres, le cargo états-uniens Liberty fut torpillé en 1943 par un sous-marin japonais au large de Bali. Remorquée mais prenant trop l’eau, l’épave est échouée sur la plage du village de Tulamben et laissée à l’abandon. Elle y restera jusqu’en 1963 où l’éruption du mont Agung et ses coulées de lave pousseront le bateau dans l’eau. Aujourd’hui, il est le spot de plongée le plus célèbre de Bali. Cette petite ballade sous-marine nous aura permis de reprendre nos marques azotées et de conclure joliment ce séjour sur l’île des Dieux. Adieu l’Indonésie, bonjour l’Australie.

amed-plage-mont-agung

Vue sur le Mont Agung depuis la plage d’Amed

What’s next ?

Le 4 septembre, nous nous envolerons vers l’Australie. Après plus d’un an passé en Asie, sûr que ça va nous changer. Nous avons déjà un workaway de prévu près de Darwin et le RDV est pris avec la soeurette et son chéri pour les retrouvailles. Mais on ne t’en dit pas plus, ce sera pour le prochain Écho Frais.

See ya !

 

* source : Balirêve

TAGS
RELATED POSTS
2 Commentaires
  1. Répondre

    CAILLIAU

    7 septembre 2017

    Hé bé ! dit donc que d’aventure !!!Vous sortez de la banalité ! l’Europe c’était du gâteau à côté de ce mois que vous venez de passer mais qui vous laisseront des souvenirs inoubliables. L’Australie va te ramener la fin de tes ennuis de santé Louise pas vraiment agréables ! Vous embrasserez bien fort les tourtereaux pour nous ! Gros bisous de nous deux. Mamie!

    • Répondre

      Louise & Romain

      8 septembre 2017

      Ahaha ouiiii, ça a été un mois bien rempli. Et ça y est, je suis guérie ! Avec le traitement adéquate, c’est parti en à peine 24h ! Autant dire que je suis sur un petit nuage depuis quelques jours, comme l’impression de revivre à nouveau. On retrouve Marine et Warren dans moins d’une semaine et on trépigne d’impatience. On les embrassera bien fort promis. Pleins de gros bisous !

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Rom & Lou
Strasbourg, France

Animés par la même passion du voyage, nous avons décidé de nous embarquer pour un tour du monde de deux ans. Un voyage à la découverte des savoirs précieux pouvant faire évoluer positivement nos sociétés de demain : AMAO est né. Vous souhaitez en savoir plus ? Rendez-vous sur la page "A propos de nous".

Un long voyage


Nous sommes parti.e.s depuis 526 jours 5 heures 59 minutes 38 secondes

Où sommes-nous ?

Citation du moment

"L'homme doit franchir mille cols, mille monts, mille fleuves, mille ruisseaux. Non sur des routes goudronnées ou tapissées de gravier, non sur des sentiers longeant les précipices, mais par les détours de son âme, qui lui permettent de grandir et de se comprendre."


Duong Thu Huong
(écrivaine vietnamienne)

Playlist du Monde

Une oreille sur le monde

Nos photos Instagram
  • Les magnifiques rizires de Bali the beautiful rice fields ofhellip
  • Les offrandes hindobalinaises Quelle douceur The HinduBalinese offerings Softness amaohellip
  • Lombre du volcan Semeru  laube The shadow of Semeruhellip
  • vue depuis le cratre du volcan Bromo  Java Indonsiehellip
  • Lev de soleil sur les volcans Bromo et Cemeru hellip
  • Ascension du volcan Merapi  Java 2930 mtres daltitude Danshellip
NewsLetter AMAO

Abonnez- vous à notre NewsLetter et rejoignez la Grande Famille AMAO !